Sesame | AP : la semaine des défis
3104
single,single-post,postid-3104,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

ACTUALITÉS

AP : la semaine des défis

27 fév 2018 , dans Année préparatoire

Missions accomplies pour tous les étudiants de l’Année Préparatoire. Répartis par groupe de dix, ils ont eu une semaine pour répondre à un défi lancé par le Programme SESAME. Par exemple : créer un film documentaire sur la communauté chinoise à Madagascar, organiser un jeu scientifique de type « Questions pour un champion » dans un lycée, créer et présenter une campagne de sensibilisation aux risques naturels en milieu urbain devant des professionnels de la question, imaginer une application pour connaitre les itinéraires de bus et la présenter auprès d’une institution publique, etc.

« Ce n’était pas facile de travailler en groupe, j’ai appris qu’il faut s’écouter et faire confiance aux autres, » raconte Andria, qui devait, avec son groupe, produire un plan de la Haute Ville et le présenter devant les responsables de l’Office Régional du Tourisme de Tananarive (ORTANA). « On a passé deux jours sur le terrain, puis on a travaillé sur plusieurs logiciels pour créer notre plan, explique Fabrice, un peu tendu, chemise blanche impeccable pour présenter son projet aux responsables de l’ORTANA. On a appris à mieux connaitre la ville, à travailler sur le terrain et à travailler en équipe. C’était une aventure ! »

Pendant toute la semaine, les étudiants étaient en autonomie. Ils ont dû faire preuve de créativité et de curiosité pour mener à bien ces défis. Principale difficulté pour eux : aller à la rencontre des professionnels, des institutions, du public même, pour chercher des informations et présenter leurs travaux.

« J’ai peur, j’ai envie de crier très fort, je n’ai jamais fait ça dans ma vie ! » s’exclame Nambinintsoa à quelques minutes de la représentation. Son groupe doit en effet présenter un sketch humoristique dans la rue pour encourager les jeunes à aller voter. Juste avant de se produire en plein air, les étudiants du groupe sont terrorisés par le trac. « On ne pensait pas qu’il faudrait parler en public, c’est la première fois, » confie Nathalie. Sur la place, au milieu du jardin d’Antananarenina, les passants s’arrêtent, s’assoient sur les bancs, écoutent le sketch et applaudissent. « J’ai pu vaincre ma timidité, » se réjouit Jean-Marcel, encore ému d’avoir joué en public. « J’ai tout donné et je suis fier de moi, » renchérit Nambinintsoa, les yeux brillants.

Après une semaine riche en émotions, les étudiants réalisent qu’ils ont beaucoup appris. « Maintenant je sais organiser un projet, faire un budget prévisionnel, demander des autorisations et parler en public, » assure Jean-Marcel. « C’était vraiment un bon défi car ça nous aide à devenir autonome. On s’est débrouillé tout seul, on s’est déplacé, on a tout écrit, on a même traduit nos textes en français et en anglais ! » conclut Thony, un large sourire aux lèvres.