Sesame | Le profil de la P18 : 96 étudiants avec des projets plein la tête
3086
single,single-post,postid-3086,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

ACTUALITÉS

Le profil de la P18 : 96 étudiants avec des projets plein la tête

17 oct 2017 , dans Année préparatoire

Depuis le lundi 9 octobre, les 96 étudiants de la Promotion 18 du Programme SESAME – 48 filles et 48 garçons – ont démarré les cours de leur Année Préparatoire, répartis en quatre classes, deux littéraires et deux scientifiques. Ils ont été sélectionnés dans quinze régions différentes, parmi les élèves de Terminales de 75 lycées et associations partenaires du Programme, soit 33 de plus que l’année dernière. Ils proviennent donc d’horizons très variés. Mais tous ont la même ambition : réussir leurs études supérieures et s’insérer sur le marché du travail.

« J’étais très motivé pour intégrer SESAME car c’était la seule manière pour moi de faire des études », explique Ianel, un jeune homme de 18 ans au visage sérieux et déterminé, originaire de Mahajanga, sur la côte nord-ouest. « Moi aussi, ajoute Andrienno, 20 ans, qui arrive de Morondava, sur la côte ouest. Mon père est mort et ma mère ne travaille pas, et je n’aurai pas pu faire des études sans SESAME. Je voudrais être journaliste depuis très longtemps. »

Chaque étudiant arrive avec ses rêves et ses projets, qu’il faudra confirmer ou affiner à mesure que son projet de vie prendra forme pendant l’Année Préparatoire. « Moi je voudrais être médecin cardiologue », affirme Marcel, 20 ans, très à l’aise depuis son arrivée car rompu à la vie en internat. Marcel fait partie du CERES depuis la classe de 6ème, un programme d’accompagnement des jeunes collégiens et lycéens ruraux de la région de Fianarantsoa. « Ce qui est très nouveau ici, c’est le système d’enseignement, explique Marcel. En Terminale, c’était les professeurs qui donnaient la leçon à apprendre, le but étant juste d’avoir le Bac. Mais ici, avec la pédagogie inversée, on doit faire beaucoup de recherches personnelles et approfondir nos connaissances, c’est vraiment intéressant. Cela va nous aider pour nos études supérieures. »

Grâce aux parcours de développement personnel, le Programme SESAME permet aussi aux étudiants de mieux se connaitre et de mettre en valeur leurs compétences pour construire un projet. « Ce qui m’inquiète le plus, c’est de faire le projet de vie. C’est nouveau, en Terminale on n’avait pas de conseiller d’orientation », souligne Nambinintsoa, 19 ans, originaire de Fénérive-Est, qui voudrait travailler dans le domaine de l’environnement, sans savoir vraiment vers quel métier se diriger. « Ici je vais me connaitre et développer mes qualités », confirme de son côté Laurencia, de Mahajanga, qui voudrait devenir avocate.

« Ils ont un rythme assez soutenu depuis leur arrivée sur le campus, ils se lèvent à 5h, ils ont cours, ils sont responsables de tâches quotidiennes, c’est très différent de leurs habitudes chez eux, explique Tantely, Responsable des Educateurs d’Année Préparatoire. Nous devons les accompagner pour tout, même pour l’utilisation du matériel de cuisine, des toilettes, des produits d’entretien. » Tout est nouveau pour ces étudiants, fatigués par leurs premiers pas à SESAME, mais heureux et fiers de faire partie du Programme.