Sesame | TROIS QUESTIONS A RIVO RAMANDIAMANANA, 19 ANS, ETUDIANT EN SCIENCES SOCIALES APPLIQUEES AU DEVELOPPEMENT
3061
single,single-post,postid-3061,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

ACTUALITÉS

TROIS QUESTIONS A RIVO RAMANDIAMANANA, 19 ANS, ETUDIANT EN SCIENCES SOCIALES APPLIQUEES AU DEVELOPPEMENT

04 avr 2017 , dans Etudes supérieures, Les étudiants

« A l’AP j’ai acquis des choses que personne ne peut me reprendre aujourd’hui ! »

Issu de la troisième promotion de SESAME, Rivo a intégré en octobre 2016 l’Université Catholique de Madagascar (UCM) et voudrait s’impliquer en faveur de la protection de l’environnement dans sa région et son pays. D’allure timide et peu assurée, la voix douce, le jeune homme s’anime lorsqu’il parle des combats qui le préoccupent. C’est à l’Office National pour l’Environnement (ONE) que Rivo aimerait un jour travailler, une fois son Master en poche.

 

Pourquoi as-tu postulé pour intégrer le Programme SESAME ?

Mes parents n’avaient pas les moyens de m’envoyer faire des études à Tana, mon père est retraité. Sans SESAME j’aurais été obligé de faire des études près de chez moi, à Morondava. Mais là-bas il n’y a aucune filière qui m’intéressait, on me proposait de faire l’informatique ou devenir infirmier. Je pense que j’aurais échoué. Moi je voulais étudier dans le domaine de l’environnement et pour cette filière il faut venir à Tana. Mes parents m’ont encouragé à partir et ils sont fiers de moi aujourd’hui. Certains de mes amis de Morondava n’ont pas compris mon choix, ils pensaient que l’AP était une perte de temps. Mais maintenant eux ne sont inscrits nulle part, ils ne savent pas quoi faire, d’autres redoublent ou changent de filière.


Comment s’est passée ton Année Préparatoire, en 2015-2016 ?

L’AP m’a apporté beaucoup. J’ai appris à me prendre en main, à ranger ma chambre, cuisiner, laver mes vêtements. Quand je suis rentré chez moi pendant les vacances, mes parents ont été vraiment étonnés du changement. Pendant l’AP j’ai aussi appris à travailler en groupe, à faire des recherches, préparer des exposés, suivre des cours magistraux, m’exprimer à l’oral et renforcer mon niveau de français. Tout ça m’aide beaucoup aujourd’hui pour mes études à l’UCM, je vois que j’ai un meilleur niveau que les autres étudiants. A l’AP j’ai acquis des choses que personne ne peut me reprendre aujourd’hui !


Quel métier voudrais-tu exercer à l’issue de tes études ?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours entendu parler des problèmes liés aux changements climatiques. Dans ma région j’ai pu constater qu’il y a beaucoup de déforestation, les terres deviennent stériles, les maladies qui affectent la population sont de plus en plus nombreuses parce qu’on ne respecte pas notre environnement. J’ai toujours voulu travailler dans ce domaine. Je voudrais aller jusqu’en Master à l’UCM et postuler à l’Office National pour l’Environnement. J’ai fait un « défi » là-bas pendant l’AP et je suis resté en contact avec des responsables de l’ONE. Maintenant que je suis à Tana, j’ai compris que c’est ici que je serai le plus utile.